02 mars 2015

Lectures pour tous : Joyce Carol Oates, Norma Jeane Baker

« Pourquoi pleurait-elle ? Peut-être parce que dans la réalité Cherie aurait bu, énormément. Il lui aurait manqué la moitié des dents. Elle aurait été obligée de coucher avec ces salopards. Ça n’avait aucun sens qu’elle arrive à les éviter sauf que le scénario était sentimental et niais et parce qu’en 1956 un film ne pouvait risquer d’être classé X par la Legion of Decency. Dans la réalité, Cherie aurait été battue et sans doute violée. Les hommes se la seraient partagée. Ne me dites pas que le Far West n’était pas comme... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 09:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 août 2014

J.C. Oates n'aime pas les libertariens

Joyce Carol Oates All cats are Libertarians except when they want a can opened. Tous les chats sont libertariens, sauf au moment où vous devez ouvrir leur boîte.  
Posté par charles tatum à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
19 janvier 2014

Lectures pour tous : Joyce Carol Oates (2)

« ... je titubais le long de la rivière me frayant un chemin à travers les cigales qui jonchaient le sol sur une épaisseur de deux centimètres. Je tâchais de ne pas en avoir peur, je tâchais d’éprouver de la pitié pour ces créatures maudites, certaines n’étaient plus que des enveloppes vides, d’autres étaient encore en vie et rampaient les unes sur les autres, d’autres enfin stridulaient dans les arbres avec le désespoir des damnés. Les cigales des dix-sept ans nous expliquaient nos aînés car nous n’étions pas assez âgés pour... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 novembre 2013

Chiens de Joyce Carol Oates et de Jean-Paul Brohez

« Depuis que Salomon est entré dans ma vie, je me demande... si un chien est un individu en soi, ou seulement relativement à son maître ? Quand je ne suis pas là, Salomon est-il un "chien" ou simplement une créature sauvage ? Il n'a pas de nom - même générique. Il est, tout simplement. Dès qu'il me voit - m'entend - me sent - il redevient "Salomon, le cher compagnon de Konrad". Ce qu'il serait dans une meute de chiens sauvages, je préfère ne pas l'imaginer. » [...] Le setter roux trottait innocemment près d'eux. MR avait... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 09:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
05 novembre 2013

De bons livres primés par l'AES

Qui l'eût cru ? Les deux principaux prix de l'Association des Ecrivains sportifs sont décernés cette année à deux très bons livres qui nous parlent de boxe. Les jurés de l'AES ont de meilleures lectures que leurs collègues du Gondot et du Renaucourt ~ Grand Prix Sport et littérature 2013 Le ring invisible d'Alban Lefranc, Gallimard /Verticales ~ Prix étranger Sport et littérature 2013 De la boxe, recueil d'articles et de courts essais de Joyce Carol Oates, Tristram « Souple » GRAND PRIX SPORT ET LITTERATURE « Le... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 21:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
06 octobre 2013

Lectures pour tous : Joyce Carol Oates

« Les gens ne réalisent pas comment vous êtes affecté par un coup qui vous met KO quand vous êtes touché au menton. Il n’y a que des nerfs. Il ne peut pas y avoir de commotion cérébrale. J’ai été touché à la pointe du menton [dans une rencontre contre Tony DeMarco en 1955]. Un crochet du gauche qui m’a touché à la pointe droite du menton. Ce qui se passe alors, c’est que votre mâchoire sort de son articulation du côté droit et se bloque du côté gauche, du coup le nerf qui se trouve là a paralysé tout le côté gauche de mon corps,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 juillet 2013

Joyce Carol Oates

"Sommes-nous plus en sécurité en sachant que davantage d'Américains sont tués chaque année par des balles de golf que par des terroristes ?" [Joyce Carol Oates, sur Twitter]
Posté par charles tatum à 23:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 mars 2013

Badlands

Les quatre premières minutes de Badlands - pour Tristane, Chan et Chantal Terrence Malick, 1973 (merci à Criterion pour cette somptueuse édition/restauration)
Posté par charles tatum à 11:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
01 janvier 2010

Entretien avec Monte Hellman (Kris Gilpin, 1988) 2

~ (Suite et fin de l’entretien réalisé par Kris Gilpin en 1988, et mis en ligne par Cinemaretro. Lire la première partie ICI.) KG: Now to my favorite: Two-Lane Blacktop.  Like author Rudy Wurlitzer, you’ve used the road-movie or searcher motif in many of your films. From where did you get this affinity?MH: I don’t know; when I was a film student the only book I read which had any lasting effect on me was Kracauer’s Theory of Film, "Or the Redemption of Physical Reality".  He makes a case for the Road... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
16 novembre 2008

Des bagnoles et des combats de coqs

Le plus innocemment du monde (ben tiens !), deux films ont été évoqués aujourd'hui dans des échanges électroniques, sur les axes fort fréquentés Bruxelles-Nantes et Schaerbeek-Schaerbeek. Two-Lane Blacktop et Cockfighter. Toujours les mêmes, hein ? Alors donc, double clin d'œil à Guy de là et Philippe d'ici, et le témoignage de ma fidèle et trop lointaine amitié à Gilles Laprévotte - dont je recommande avec la plus extrême véhémence le dernier livre, De nouvelles vagues (les nouveaux cinémas des années 60-70) - qu'on peut demander... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 22:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,