24 juillet 2015

Et je fais peine à voir, même de loin [Satie]

« Cher Ami. Bonjour. Avez-vous bien dormi ? Ici, le temps est idiot, & le soleil abuse de sa chaleur, laquelle est orageuse. Et vos dents ? Cela va mieux, j’espère – de famille nombreuse (jeu de mots curieux). ... Tout le monde est parti. Je suis seul dans ce grand Paris. J’ai l’air d’un petit abandonné, tout petit. Oui. Et je fais peine à voir, même de loin... Mille choses à votre si délicieuse maman, ainsi qu’au bon Monsieur Monteux, s’il vous plaît. N’oubliez pas de serrer, pour moi, la main de votre... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 avril 2012

Pour Pâques, un poulet de Satie

Arcueil, le 14 du mois d'Avril de 1899 Monsieur Pouillot [Conrad Satie] Pouquoi nous attaquer à Dieu lui-même? Il est aussi malheureux que nous pouvons l'être; depuis la mort de son pauvre fils, il n'a de goût à rien, mange du bout des dents. Bien qu'il l'aît assis à sa bonne vieille droite, il est encore tout épaté que les hommes aient pu lui faire un aussi mauvais coup vis-à-vis de celui qu'il chérissait; et il n'a de temps que pour murmurer, dans le mode le plus triste: cela n'est pas honnête ! Je doute qu'il envoie en ce... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 avril 2011

Les cent dix ans d'Alexandre le grand

« Alexandre Vialatte était un homme fort cultivé, d'une prose infiniment élégante, d'un humour plus subtil, plus tendre et plus désespéré qu'un la mineur dans un rondo de Satie. » (Pierre Desproges, Dictionnaire superflu) Vialatte (Magnac-Laval 22/4/1901-Paris 3/5/1971)
Posté par charles tatum à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 décembre 2010

Après nous, le Dieu Sauvage (Yeats)

C'était le 10 décembre 1896. « En une seule représentation, quatre ans avant le début du siècle, cette pièce avait établi sa renommée sur sa seule ouverture: Merdre. Le soir de la première, on s'était étripé pendant une demi-heure avant que le drame pût atteindre son deuxième mot. Après cela, tout Paris s'était battu en duel six semaines durant. L'auteur d'Ubu roi se nommait Alfred Jarry, un homme qui avait élevé l'aliénation mentale au rang de religion. Il avait ouvert les vannes de ce mouvement en lui donnant un nom militaire:... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
09 septembre 2009

Larry Jordan à Bruxelles et Paris

« Au même titre que Stan Brakhage, Jonas Mekas ou Ken Jacobs (pour ne citer que eux, et d'ailleurs tous ses amis), Larry Jordan est une figure majeure et incontournable du cinéma d'avant-garde américain. Découvrir l'œuvre de Larry Jordan c'est rentrer dans un univers très particulier qui se situe entre le fantastique et le surréel, et qui mélange mythologie, romanesque et romantisme décalé. Influencé à ses débuts par Jean Cocteau et surtout Max Ernst et Joseph Cornell, c'est dans les années cinquante que Larry Jordan réalise ses... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 22:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
06 février 2009

Satie, gnossienne n°3

Gnossienne n° 3 Antonio López Palacios, guitare 8 cordes
Posté par charles tatum à 14:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,