08 juillet 2016

La Rochelle 13

Réédition de The Heiress, adaptation par William Wyler (1949) de Washington Square. Splendeur du texte de James, complexité psychologique du récit, magnificence des décors qui permet à Wyler de faire son Albert Lewin (merci Guy), luxe de la reconstitution à la mode Paramount, casting en béton (mais Olivia de Havilland en irrépressible gourde fait par instants peine à voir), tout est là pour composer un chef-d’œuvre du mélo féminin d'après guerre. Et pourtant... On se prend à regretter John Stahl et Douglas Sirk. Mais bon, on... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

08 juillet 2014

Jean-François Rauger : genre vs. auteur ?

À l’occasion de la sortie en salles de Blue Ruin, le journal publie cette analyse de Jean-François Rauger. Aussi pertinente qu'indispensable. Simple et de bon goût, claire et définitive. Puissent les professeurs de rhétorique et les critiques de cinéma en herbe (et les autres) la lire plutôt trois fois qu’une. ~ Film de genre contre film d’auteur : une opposition inepte Au moment de la présentation du film de Jeremy Saulnier, Blue Ruin, à la Quinzaine des réalisateurs, lors du festival de Cannes 2013, beaucoup ont souligné que... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
06 janvier 2014

Nos films préférés en 2013 : Pascal Bardonnet

Nos héros sont morts ce soir, de David Perrault (France, 2013) Gravity, de Alfonso Cuaron (États-Unis, 2013) La vie d’Adèle, chapitres 1 et 2, de Abdellatif Kechiche (France, 2013) Lolita, de Stanley Kubrick (Royaume-Uni, 1962) Série noire, d’Alain Corneau (France, 1979) Magnificent Obsession, de Douglas Sirk (États-Unis, 1954) Los Olvidados, de Luis Bunuel (Mexique, 1950) Voici le temps des assassins, de Julien Duvivier (France, 1956) Morte a Venezia, de Luchino Visconti (Italie, 1971) Wild at Heart, de David Lynch... [Lire la suite]
28 février 2013

Hitler's Madman

Regards, composition, lignes de fuite, profondeur, hors-champ... Quand un photogramme suffit à rappeler que certains cinéastes n'ont rien à envier aux plus grands peintres. [Hitler's Madman, Douglas Sirk, 1943] merci à mubi, encore une fois
Posté par charles tatum à 10:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 septembre 2012

Hotties Reading 217

Douglas Sirk entouré de Rock Hudson, Jane Wyman et Agnes Moorehead, sur le tournage All That Heaven Allows (Tout ce que le ciel permet, 1955) ... dont voici quelques minutes (magnifique Technicolor nocturne) 
Posté par charles tatum à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
28 juin 2011

Une bise et au lit 143

Yvonne Sanson et Amedeo Nazzari dans I figli de nessuno (Fils de personne), Raffaello Matarazzo, 1952. [ vient de sortir, cet indispensable coffret ] « Avec Douglas Sirk, Jean Grémillon et Rainer Werner Fassbinder, Matarazzo complète le carré d'as du mélodrame cinématographique parvenu à son point d'incandescence. » [Jean-Louis Sénéclauze]  
Posté par charles tatum à 13:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
26 juillet 2009

Hotties reading 73

Jane Wyman et Virginia Grey dans All That Heaven Allows (Douglas Sirk, 1955)
Posté par charles tatum à 12:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,