19 octobre 2019

Lumière 2019, 13

Lumière 2019, dernier plan avant Saint-Exupéry
Posté par charles tatum à 05:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 octobre 2019

Lumière 2019, 12

Le film du début de l'après-midi Le Dernier Sou d'André Cayatte est un film épatant, une espèce de petit film noir, une vraie révélation. C'est le tout dernier film de la Continental, quoique distribué au lendemain de la Libération. (Tourné en 1943, il est sorti en janvier 1946 dans l'indifférence générale.) C'est une histoire d'aigrefin: des histoires d'escroquerie, ça donne souvent lieu à des films légers, mais là, pas du tout, le récit devient de plus en plus noir, y compris dans le dernier tiers plein de scènes nocturnes. Il... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
17 octobre 2019

Lumière 2019, 11

Retour à Gréville Napoléon a écrit dans ses Mémoires (p.224) : "Junot revint avec une hampe où pendaient des morceaux de ganse..." Il nous avait bien semblé que ça remontait loin.
Posté par charles tatum à 18:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
15 octobre 2019

Lumière 2019, 7

Dans la série "Forbidden Hollywood" proposée à Lyon : Jewel Robbery (William Dieterle, 1932) est une comédie légère et amorale, une arsène-lupinerie viennoise (ainsi disait ce matin notre excellent maître de cérémonie Bertrand Tavernier) farcie de dialogues à sous-entendus grivois, d'audaces vestimentaires et de quiproquos que la morale réprouve. [Ouf, le Code de production n'allait pas tarder à y mettre de l'ordre.] Kay Francis y est aussi délicieuse que dans le génial Trouble in Paradise qu'elle tourna presque simultanément avec... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
14 octobre 2019

Lumière 2019, 2

Baby Face, Alfred Green 1933 Prostituée par son père, tenancier d'un tripot-distillerie, Lily finit par faire fortune, à renfort d'intrigues et de coucheries, dans la banque. Un film scandaleux, censuré à sa sortie. Et bizarrement porté au pinacle, trois quarts de siècle plus tard, par certaines "feministes" américaines. Lumière : "Lily est une victime, victime des hommes et d’un père indigne qui a abusé d’elle. Elle s’affranchit à la mort de ce dernier, appliquant ce qu’un grand lecteur de Nietzsche lui conseille : prendre... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 janvier 2019

Nos films préférés en 2018 : Molly Louvain

1. Mektoub mon amour. Canto uno, Abdellatif Kechiche (France 2018) 2. Voyages à travers le cinéma français [8 x 50’], Bertrand Tavernier (France 2017) 3. Acht Stunden sind kein Tak [Huit heures ne font pas un jour] [5 chapitres], Rainer Werner Fassbinder (Allemagne 1972) 4. The shape of water [La forme de l’eau], Guillermo Del Toro (États-Unis 2017) 5. The Rider, Chloe Zhao (États-Unis 2017) 6. Beoning [Burning], Lee Chang-dong (Corée 2018) 7. Di Renji zhi sidatianwang [Détective Dee, la légende des rois célestes], Tsui Hark... [Lire la suite]

13 novembre 2018

Tiens ta bougie... droite !

Saturnin Fabre for ever   Maurice et l'oncle Parpain dans Marie-Martine, Albert Valentin 1943 [dédié à Bertrand Tavernier, et à Noël] ~
Posté par charles tatum à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
12 novembre 2018

FDJ 107 : Bertrand Tavernier

Voyages à travers le cinéma français, 2017 Magnifique série de 8 x 55' de l'ami Tavernier dont, on le sait, l'enthousiasme (communicatif) n'a d'égal que l'érudition (picdelamirandolesque)
Posté par charles tatum à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
07 mai 2018

RISSIENT

"Pierre Rissient est mort cette nuit. Son épouse Yung Hee me demande de vous le faire savoir et, en pensant à elle, c’est avec une infinie tristesse que j'ecris ce message. Pierre était un grand être humain et un cinéphile absolu. Nous le pleurons." [Bertrand Tavernier, Institut Lumière]
Posté par charles tatum à 00:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
26 février 2018

Lectures pour tous (et vive le cinéma) : Christine Leteux

Prière d'insérer : « Octobre 1940. Un producteur allemand, Alfred Greven, crée dans Paris occupé une société de production cinématographique, la Continental Films, où il enrôle les plus célèbres vedettes (Danielle Darrieux, Fernandel, Raimu, Harry Baur) et des cinéastes de renom (Marcel Carné, Maurice Tourneur, Henri Decoin, Henri-Georges Clouzot). Durant les quatre années d’Occupation, la Continental produit trente films, dont certains chefs-d’œuvre, comme Les inconnus dans la maison et Le corbeau. Pour la première fois,... [Lire la suite]