03 décembre 2012

Bye bye Borah

Nous apprenons aujourd'hui seulement la mort de notre ami Borah Bergman, il y a presque six semaines. Je l'ai connu lors d'un été torride du millieu des années quatre-vingt, lorsqu'il avait accepté de m'héberger dans son appartement sans clim de la 74e rue Ouest, à Manhattan. Je me souviens d'un bout de douche, d'un coin de sofa, du "meilleur restaurant chicano-juif de New York", de sa drôlerie, de sa générosité, de son infatigable tchatche, du faux clavier en bois où il se faisait les doigts, à toute heure et en tous lieux. Et de sa... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 novembre 2012

Pierrot, dans « Les Invisibles »

« Hilarant, roboratif, subversif. Récolta une standing ovation au dernier festival Pink Screens. » Les Invisibles, de Sébastien Lifshitz. Bientôt sur les écrans du royaume.
Posté par charles tatum à 07:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
25 novembre 2012

Poto and Cabengo

Grace et Virginia, l'idioglossie, Jean-Pierre Gorin Qui se rappelle que Poto and Cabengo est un des plus beaux films du monde ?   Cher Jean-Pierre, « [...] dans Poto and Cabengo, tu t’insères dans le paysage mental de tes sujets par une combinaison étonnante de roublardise et de séduction – en "petit Français" qui se prend pour un héros de Chandler et s’immisce, avec son équipe et sa caméra, dans une famille de white trash [petits Blancs] pour y démeler les écheveaux d’une intrigue linguistique popularisée par les... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
22 novembre 2012

Le grand massacre

« Le grand massacre », Marianne Oswald, 1934 (Paroles: Henri-Georges Clouzot ~ Musique: Gilles) Accourez tous au jeu d' massacre ! La douzaine de balles pour vingt sous ! Arrêtez-vous, les pauvres gens Les petits, les ratés, les sans-pain Arrêtez-vous, les sans-talent Les sans-lit, les sans-toit, les sans-rien Pour vous venger de vos blessures Pour vous venger de vos malheurs Pour soulager vos meurtrissures Pour chasser toutes vos rancoeurs (x2:) Hop-là boum ! Dans la belle-mère Hop-là boum ! Dans le marié Hop-là boum ! Dans le... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:08 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
16 novembre 2012

La danse du « Fleuve », 1951

« [...] La caméra demeure immobile, choix du metteur en scène ou impératif commandé par un déficit d’éclairage, et quand la danseuse, qui jusqu’alors s’est déplacée latéralement, avance vers l’objectif, c’est elle qui crée le plan rapproché, effet saisissant, d’une nature proche de celui provoqué par le regard caméra de Sylvia Bataille dans Partie de campagne. Ce moment est un de ceux, au même titre que la parenthèse constituée par la fable de Radha et Krishna écrite et lue par Harriet, par lesquels la narration se dissout,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

12 novembre 2012

« L'ordre », Jean-Daniel Pollet 1973

[pour Catherine]
Posté par charles tatum à 15:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 novembre 2012

« Jacquot de Nantes »

la première scène du film qu'Agnès Varda consacra à l'enfance de Jacques Demy, à Nantes et environs [© Ciné Tamaris 1991]
Posté par charles tatum à 14:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
31 octobre 2012

C'était à Prague, en 1966

Jitka Cerhová (Marie 1) et Ivana Karbanová (Marie 2) annoncent le printemps dans Sedmikrásky (Les Petites Marguerites) de Vera Chytilova Extrait
Posté par charles tatum à 21:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
30 octobre 2012

Oshima ~ entretien sur « La Pendaison » (1969)

[Paru dans la Quinzaine Littéraire, il y a 43 ans]  ~ La Pendaison : un crime ? Par son contenu, sa technique, ses intentions, la Pendaison conteste l'érotisme et les Samouraïs dont nous a saturés le cinéma japonais. Réquisitoire contre la peine de mort, pamphlet impitoyable contre l'État, ce film remet en question toutes les culpabilités, en transposant dans la modernité l'humour féroce du théâtre kabuki.  Nagisa Oshima. Nous refusons d'être condamnés à mort par l'État. Ce droit qu'il s'arroge représente... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,