01 février 2009

Canicule 4

Blaise Cendrars et Wagon-Lit « [Eduardo Mendoza] confirme que parmi les chiens errants capturés par la perrera (la fourrière), certains, préalablement électrocutés, sont bel et bien livrés aux fauves du zoo de Chapultepec [...]. Personnellement, Eduardo a plutôt de la sympathie pour ces chiens, qu'il a l'habitude de croiser lorsqu'il photographie des scènes de la vie quotidienne à México. C'est dans l'exercice de cette activité qu'il a observé, par exemple, que les chiens errants empruntaient volontiers les passerelles piétonnières... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 janvier 2009

Canicule 3

« Que serait l'homme sans le chien ? On n'ose pas y penser. L'aveugle tâtonnerait en vain au bord de la rue à traverser, le voyageur périrait dans la neige sur les pentes du mont Saint-Bernard; nous ne verrions plus dans les cirques le barbet jouer aux dominos, lire le journal, et compter jusqu'à douze; les jeunes enfants, désorientés, seraient obligés d'attacher les casseroles à la queue du tigre royal; les cousins pauvres entreraient sans vergogne dans la villa du cousin riche. Il n'y aurait plus de saine distraction, plus de... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 janvier 2009

Canicule 2 : Donald Windham

«À midi, ils arrêtèrent le travail pour aller casser la croûte à l'ombre immense d'un fromager, au milieu des maisons à moitié démolies. [...] Le matin même, un des hommes avait eu une jambe écrasée sous un toit qui s'était soudain abattu, entraînant avec lui une cheminée. L'homme avait gémi comme un animal blessé, jusqu'à ce que les autres aient pu le dégager et le faire conduire à l'hôpital. Les ouvriers discouraient sur l'accident, tout en mangeant à l'ombre du grand arbre. Ils mangeaient des sandwiches et des tomates crues,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 janvier 2009

Le chien de Caradec

Il y a deux mois, François Caradec posait sa plume une fois pour toutes. Ce n'était pas une farce. Il nous reste ses livres, à lire et à relire. « Mon chien a une logique à lui. Ainsi, lorsqu'il a plu, il tire sur sa laisse pour me faire traverser la rue: s'il existe une chance pour que l'autre trottoir soit sec, pourquoi la négliger? Mon expérience d'homme me dit le contraire, mais pourquoi ne pas essayer? J'en ferais une tête si, un jour, en effet, le trottoir d'en face n'était pas mouillé! Ce que beaucoup attendent d'un... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,