Ici, on s'amuse des délires d'une hystérique ayant rang de secrétaire d'Etat, pour son fascisme naturel, sa phobie des casquettes de travers et sa haine des types en porte-jarretelles. Là, on s'apprête à traquer le pédé à grand renfort de lois moyenâgeuses, quitte à lui couper la tête s'il récidive ou s'il a le virus. Cela se passe en Ouganda.

« Le Parlement ougandais discute actuellement d'un projet de loi visant à "lutter contre l'homosexualité". Ce texte prévoit des peines de prison pour les homosexuels et pour tous ceux qui refuseraient de les dénoncer. Selon le révérend Kapya Kaoma, cette loi a été rédigée sous l'influence de pasteurs américains extrémistes.

« La première version de la loi ougandaise prévoyait des peines de prison à vie pour les personnes reconnues coupables de relations homosexuelles. Le fait d'être infecté par le virus du sida était considéré comme une circonstance aggravante, qui rendait le coupable passible de la peine de mort. Cette loi a été modifiée depuis son introduction au Parlement, mais l'essentiel du texte  reste inchangé.

« La loi anti-homosexualité a été introduite en avril 2009, un mois après l'organisation d'un séminaire sur le sujet par le pasteur ougandais Stephen Langa. Au cours de ce congrès, auquel assistaient des représentants de la police et de différents ministères, Stephen Langa a développé une théorie selon laquelle le mouvement gay aurait été créé par les nazis avant d'être exporté vers les Etats-Unis après la Deuxième Guerre mondiale. Le pasteur cite également un soi-disant "manifeste gay" - en réalité satirique dont il n'a pas saisi l'ironie - qui explique que l'objectif du mouvement homosexuel est "d'éradiquer la famille" et que ses membres cherchent à "sodomiser vos enfants". »

[ La suite ici - relais divers et mobilisation, ICI ]

love_is_the_law

Manifestation contre le projet de loi, devant les bureaux de la mission ougandaise à Londres