En 2012, j'ai vu relativement peu de nouveautés. Beaucoup revu et puis découvert beaucoup de choses qui m'étaient passées sous le nez: en particulier Lubitsch. Comment ai-je pu vivre sans Lubitsch ? Donc d'abord une année Lubitsch en cinéma. Avec Design For Living comme centre où je suis revenu et beaucoup d'autres à partir de là.

design for living 6

~

Pour le reste, dans le désordre, je ne garde ici que ce qui me reste fortement en tête.

Claude Chabrol : Juste avant la nuit, (France) – parfait parfait

billy liar

John Schlesinger : Marathon Man et Billy Liar (Royaume-Uni) – Julie Christie !

Tony Richardson : The Loneliness of the Long Distance Runner (Royaume-Uni)

Nicolas Roeg : Don’t Look Now  (Royaume-Uni) – Julie Christie !

Les films d'animation de Julie Doucet (Québec), qui n'ont souvent pas de nom mais qui sont tous bons, comme ceci

Robert Hamer : Kind Hearts and Coronets (Royaume-Uni)

Bernard Émond : Tout ce que tu possèdes (Québec)

gina

Denys Arcand : Gina (Québec) – revu pour la dixième fois, toujours aussi jouissif

Vincente Minnelli : An American in Paris (États-Unis)

John Huston : Wise Blood (d'après le roman de Flannery O'Connor) et Night of the Iguana (États-Unis)

ryans daughter

David Lean : Ryan's Daughter (Royaume-Uni)

François Truffaut : L’Argent de poche (France)

La série Sherlock (Royaume-Uni), saisons 1 et 2

the-pawnbroker

Sidney Lumet : The Pawnbroker (États-Unis)

Alfred Hitchcock : The Lady Vanishes (Royaume-Uni)

Jules Dassin : Never on Sunday (Grèce-États-Unis)

et, évidemment, Beasts of Southern Wild (Benh Zeitlin), Django Unchained (Quentin Tarantino),
The Master (Paul Thomas Anderson), Moonrise Kingdom (Wes Anderson)

django-unchained-franco-nero
Franco Nero dans Django Unchained