Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
le vieux monde qui n'en finit pas
le vieux monde qui n'en finit pas
le vieux monde qui n'en finit pas
Visiteurs
Depuis la création 1 401 874
Newsletter
Derniers commentaires
31 octobre 2021

« Ce qu’il y a de meilleur dans l’homme, c’est le chien. » [Vialatte]

« Voici les froids. Les Goncourt mijotent leur décision. Ils mangeront de la saucisse, ils boiront du vin blanc. Chez Drouant. Les candidats attendront dans le couloir. Ils seront tous recalés. Sauf un. Il s’achètera un appartement dans un quartier plus riche. Il y fera mettre de la moquette neuve. [...] Les recalés maudiront leurs juges, paresseront, ne déménageront pas. Avec le bénéfice d’une telle économie, ils achèteront du whisky, du vin rouge et des alcools qui tuent lentement. Tels que je les connais, ils les boiront. Ils fumeront des cigares coûteux. Ils n’auront plus un sou. Ils écriront des romans, des nouvelles, des conférences et des refrains de chansonnettes. » Ainsi démarre la chronique de La Montagne datée du 12 novembre 1957 (« Complainte du critique de novembre »). Deux pages plus loin, l’auteur conclut, comme chaque semaine ou presque: « C’est ainsi qu’Allah est grand. »

De son côté, la revue Europe consacre presque totalement son numéro d’automne 2021 à Alexandre Vialatte, ce géant des lettres françaises du vingtième siècle. Si vous disposez de trois centimètres linéaires sur l'étagère, à côté des deux volumes de ses Chroniques [1952-1961 et 1962-1971, Robert Laffont, « Bouquins »], vous pourrez l’y caler après l'avoir lu. Car ce numéro d’Europe (364 p., 20 €, en vente en ville et en ligne) est, pour le reste, en partie dédié à Tanguy Viel. Vialatte, Viel. Rien à voir, mais pour l’ordre alphabétique, c’est presque ça.

vialatte3

Commentaires
G
Alfred Jarry l'a écrit " La plus belle conquête du cheval, c'est la femme "
Répondre