Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
le vieux monde qui n'en finit pas
le vieux monde qui n'en finit pas
Publicité
le vieux monde qui n'en finit pas
Visiteurs
Depuis la création 1 411 177
Newsletter
Derniers commentaires
3 juin 2022

Lectures pour tous : John Steinbeck

interieur-souris1-web

« George dit: "Tu sais quoi, Lennie, j’ai bien peur de m’embrouiller moi-même avec ce salopard. J’peux pas l’voir en peinture. Bon sang ! Allez, viens. Y restera plus rien à manger sinon." Ils sortirent. Le soleil dessinait une ligne étroite au bas de la fenêtre. Au loin, on entendait des bruits de vaisselle. Au bout d’un moment, le chien cacochyme entra péniblement par la porte ouverte en boitant. Il regarda autour de lui, de ses yeux doux presque aveugles. Il renifla, puis il s’allongea, le museau entre les pattes. Curley passa la tête dans l’embrasure pour jeter un dernier coup d’œil dans la pièce. Le chien leva la tête, mais dès que Curley eut disparu d’un bond, la gueule grisonnante replongea vers le sol. » Des souris et des hommes [1937], Gallimard "Du monde entier", traduit de l’anglais par Agnès Desarthe, 2022. [Illus. Rebecca Dautremer, éd. Tishina]

p388_389_souris_hommes_207

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité