29 juin 2017

Samuel Khachikian, Bologne 2017

A Bologne (Il cinema ritrovato, 31e), c'est presque la mi-temps. On a fait le tour de l'hommage à Samuel Khachikian, l'Arménien de Téhéran, fou furieux d'un cinéma de genre oublié là-bas depuis l'arrivée des mollahs, film noir, horreur, mélodrame à orphelines, gangster movie et documentaire permanent de l'Iran - société de classes sous dictature, en cours d'industrialisation dans les années cinquante et soixante -, abusivement baptisé l'Alfred Hitchcock iranien (son cinéma évoque plutôt celui de William Castle ou d'un Roger Corman qui... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

17 février 2017

De Rodenbach à Vertigo en passant par Boileau et Narcejac

« Et tout: sa marche, sa taille, le rythme de son corps, l’expression de ses traits, le songe intérieur de son regard, ce qui n’est plus seulement les lignes et la couleur, mais la spiritualité de l’être et le mouvement de l’âme – tout cela lui était rendu, réapparaissait, vivait ! L’air d’un somnambule, Hugues la suivait toujours, machinalement maintenant, sans savoir pourquoi et sans plus réfléchir, à travers le dédale embrumé des rues de Bruges. [...] Ah ! comme elle ressemblait à la morte ! » [Georges... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
06 octobre 2016

Panorama de l'énucléation

L'art cinématographique de l'énucléation [Jean-François Rauger, in Le Monde] Le nouveau film de Tim Burton, Miss ­Peregrine et les enfants particuliers, met en scène des monstres dont l’obsession est de dévorer les yeux des enfants qu’ils parviennent à capturer. Sans doute peut-on imaginer qu’une des origines possibles de cette idée se trouve dans un des contes d’Hoffmann, L’Homme au sable, conte qui fut lui-même évoqué par Freud lorsqu’il développa sa théorie de l’unheimlich (souvent traduit par "inquiétante étrangeté"). L’homme au... [Lire la suite]
30 janvier 2016

Nos films préférés en 1955 : Jacques Rivette

Les dix meilleurs films de l’année 1955, par Jacques Rivette. Films sortis à Paris entre le 1er janvier et le 31 décembre 1955.   ~ 1. Viaggio in Italia [Voyage en Italie], Roberto Rosselini (Italie) 2. Ordet [La parole], Carl Theodor Dreyer (Danemark) 3. To Catch A Thief [La main au collet], Alfred Hitchcock (États-Unis) 4. Johnny Guitar [Johnny Guitare], Nicholas Ray (États-Unis) 5. Rear Window [Fenêtre sur cour], Alfred Hitchcock (États-Unis) 6. Les mauvaises rencontres, Alexandre Astruc (France) 7.... [Lire la suite]
20 janvier 2016

Nos films préférés en 2015 : Vincent Roussel

Ayant été très occupé pour diverses raisons, je me suis assez peu rendu dans les salles l'année dernière. Néanmoins, je garde quelques souvenirs marquants de 2015 En premier lieu, deux immenses films que je n’arrive pas à départager : As Mil e Uma Noites [Les 1001 nuits], Miguel Gomes (Portugal-France, 2015) Mia madre, Nani Moretti (Italie, 2015) Puis deux films interprétés par Joaquin Phoenix: Inherent Vice, Paul Thomas Anderson (États-Unis, 2014) et Irrational Man [L’Homme irrationnel], Woody Allen (États-Unis, 2015) ... [Lire la suite]
05 juillet 2015

La Rochelle, 43e, 10

La quarante-troisième édition du festival de La Rochelle s'est achevée ce soir avec la projection, devant un millier de personnes, d'un bon  petit film horrifique de 1963 dont on présenta une copie numérique toute neuve. The Birds (Les oiseaux) est réalisé par Alfred Hitchcock d'après un scénario de Evan Hunter (Ed McBain) inspiré d'une nouvelle de Daphne Du Maurier. On y trouve remarquables les prestations de Rod Taylor, Tippi Hedren, Suzanne Pleshette et Jessica Tandy. La carrière du film, qui ressort bientôt dans les salles de... [Lire la suite]

25 mars 2015

Marche funèbre d'une marionnette, de Gounod à Hitchcock

Marche funèbre d'une marionnette, Charles Gounod, 1872. Le pièce pour piano fut orchestrée une dizaine d'années plus tard. Cette version guillerette nous vient d'Arthur Fiedler à la tête du Boston Pops Orchetra. Alfred Hitchcock la fit adapter en 1955, elle devint le générique de sa série télévisée, Alfred Hitchcock Presents
Posté par charles tatum à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 juillet 2014

Jean-François Rauger : genre vs. auteur ?

À l’occasion de la sortie en salles de Blue Ruin, le journal publie cette analyse de Jean-François Rauger. Aussi pertinente qu'indispensable. Simple et de bon goût, claire et définitive. Puissent les professeurs de rhétorique et les critiques de cinéma en herbe (et les autres) la lire plutôt trois fois qu’une. ~ Film de genre contre film d’auteur : une opposition inepte Au moment de la présentation du film de Jeremy Saulnier, Blue Ruin, à la Quinzaine des réalisateurs, lors du festival de Cannes 2013, beaucoup ont souligné que... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
21 mai 2014

Le cinéma, sous les couvertures 2

L'œil domestique. Alfred Hitchcock et la télévision Jean-François Rauger, 168 p., 19 €, ISBN 978-2-915083-66-8 Rouge profond, « Raccords », Pertuis 2014 ~ Entre 1956 et 1962, Alfred Hitchcock a réalisé vingt films pour la télévision, la plupart dans le cadre des séries qu'il produisait, Alfred Hitchcock présente et The Alfred Hitchcock Hour. Quoique peu commentés jusqu'alors, ceux-ci constituent un fragment essentiel de sa filmographie. Pas seulement parce qu'ils ont contribué à la construction d'un personnage devenu une... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
24 janvier 2014

Nos films préférés en 2013 : Dr. Orlof

Puisque j’ai déjà mis en ligne, sur mon blog, mon top 10 de l’année 2013 et que notre ami Charles est beaucoup plus souple quant à l’orthodoxie de ces classements (purement ludiques) de fin d’année, voici nos films marquants : La vie d’Adèle, chapitres 1 et 2 de Abdellatif Kechiche (France, 2013)(meilleur film français 2013) Shokuzai, de Kiyoshi Kurosawa (Japon, 2012)(meilleur film étranger 2013) Eurociné, 33 Champs-Elysées, de Christophe Bier (France, 2013)(meilleur documentaire) Le goût du saké, de Yasujiro Ozu... [Lire la suite]