Ce soir, on a lu ceci chez Les Indigènes du Royaume (clic).

~

Pour ceux qui croient que ce qui se passe en Palestine ne les concerne pas ou très peu, qui voient le Proche-Orient comme un des lieux-dits du tribalisme sanglant et irrationnel du bout du monde, ils feraient bien de réfléchir à ceci:

« Il faudrait d’abord étudier, disait Césaire, comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au Viet Nam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées, de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent ».

Cet ensauvagement du continent, à domicile, va de concert avec ce que Rancière a appelé « la haine de la démocratie». Accaparement de celle-ci par une oligarchie et perte de la puissance de scandale du mot tout à la fois. Car on a trop vite oublié que démocratie fut une insulte:

« la démocratie, pour ceux qui ne la supportent pas, est le gouvernement de la canaille, de la multitude, de ceux qui n’ont pas de titres à gouverner. Pour eux, la nature veut que le gouvernement revienne à ceux qui ont des titres à gouverner : détenteurs de la richesse, garants du rapport à la divinité, grandes familles, savants et experts. »

Regardez les bien les Palestiniens de là-bas, sachant qu'il n'y a qu'un seul monde, car demain vous serez les Palestiniens d’ici - survolés vous aussi par des drones ! Le raisonnement, l'analogie vaut, bien sûr, pour le Congo, ce génocide silencieux de basse intensité et de si longue durée…

drone