11 février 2019

Pere Portabella

Pere Portabella est né le 11 février 1929. Il a donc nonante ans, pile poil. Bon anniversaire.   Note sur Vampir-Cuadecuc (1971) : Vampir-Cuadecuc is possibly a key film in understanding the transition in the Spanish film world from the period of the "new cinemas" (permitted by the Franco government) towards the ilegal, clandestine or openly anatagonistic practices anainst the Franco regime. It consists of shooting the filming of a commercial film El conde Drácula by Jesús Franco. Portabella practices two typesof violence on... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

16 janvier 2019

Nos films préférés en 2018 : Thomas Gombowhicks

Top Parade 2018, sous la houlette du tenancier que nous remercions de bien vouloir accueillir nos déviances. Une fois de plus, nous allons doser savamment un snobisme insupportable et des goûts douteux assumés avec une morgue incroyable mais qui a le mérite d’être sèche. Sans hiérarchie, ni ordre particulier Last Flag Flying [Un dernier pour la route], Richard Linklater (États-Unis 2017)Richard Linklater, le grand et le plus constant (dans la qualité) cinéaste américain depuis vingt ans. Stork, Tim Burstall (Australie 1971)La folie... [Lire la suite]
20 mai 2018

FDJ 69 : Terry Gilliam ~ And Now...

... for something completely different The man who killed Don Quixote [El hombre que mató a Don Quijote], Terry Gilliam 2018
Posté par charles tatum à 18:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
04 mai 2018

FDJ 57 : Fassbinder [marathon]

Whity 1971 Une version camp et "almeria-spaghetti" du glauque Théorème. Fassbinder est beaucoup plus drôle et inspiré que PPP.
Posté par charles tatum à 00:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
24 avril 2018

Vive la réappropriation individuelle

La belle utopie d’Alex Pina, La Casa de Papel, qui commence comme un film de braquage un peu incongru (pour faire court: entre Asphalt Jungle et The Heist, sous le soleil de Madrid) s’achève, une vingtaine d’heures plus tard, comme un réjouissant tract anti-banques et un éloge de la solidarité de classe grâce à la réappropriation individuelle et à la douceur de l'amour-toujours. Ça nous change des sinistres « dystopies » qui se multiplient ces jours-ci pour, au final, habituer le populo au spectacle de la résignation (le... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 mars 2018

Aujourd'hui, rendons hommage à Luis Bunuel et à Bigas Luna

"Il va falloir ouvrir l'oeil, et le bon", me dit le chirurgien.
Posté par charles tatum à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 février 2018

FDJ 14 : Luis Bunuel

Los Olvidados, 1950   (marathon)
Posté par charles tatum à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
09 février 2018

FDJ 13 : Luis Bunuel

Las Hurdes, 1932  
Posté par charles tatum à 02:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 février 2018

FDJ 11 : Luis Bunuel

El, 1952
Posté par charles tatum à 04:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
06 février 2018

FDJ 10 : Luis Bunuel

  Ensayo de un crimen, 1955  
Posté par charles tatum à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,