20 septembre 2018

Lectures pour tous : Hector Mathis

 ~ « Je l’ai assez écumée la solitude. Notre seule chance d’échapper aux petites destinées sans saveur, c’est la musique. [...] On n’est rien que de pauvres notes au fond. En plein milieu des portées, trimballées, bousculées, raturées. On se gonfle, on baratine pour avoir l’air d’une mélodie complète. On ne fait illusion qu’un temps ! Et malgré ça... Une fois que tout a foutu le camp, châteaux, lumières, restaurants, amis, grisâtre et souvenirs, tout ! Absolument tout ! Alors il ne reste plus que la... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 septembre 2018

Lectures pour tous : Jean-Marc Rouillan

Vient de sortir ~ Le mot de l'éditeur, et la 4e de couv Écrit en prison en 1998, Dix ans d’Action directe a longtemps été retenu dans les disques durs de l’éditeur, suspendu au calendrier pénal de l’auteur. En liberté conditionnelle depuis 2008, ce dernier n’avait pas le droit de s’exprimer publiquement sur les faits pour lesquels il avait été condamné – et dont certains sont rapportés dans ce livre. Cette obligation de se taire a pris fin en même temps que la conditionnelle, le 18 mai dernier. Jann Marc Rouillan ayant... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
09 septembre 2018

Lecture pour tous : Pierre Guyotat

[En souvenir de Budd Boetticher, tellement surpris] « Le chien, la moitié de mon quignon avalée, lèche boit la neige, remue sa queue fournie, lèche ma main, trotte plus loin, je le suis, d’autres se joignent à lui, à nous, s’écartent, détalent, droite, gauche, se reforment en bande loin devant nous, jusqu’au Pont-Neuf; la bande s’égaille entre les pavillons Baltard, mais le chien me pousse aux jambes et par des lècheries aux mains me dirige vers ceux de la viande; la neige reprend, lourde, liquide, dans la nuit; ne serais-je pas... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
05 septembre 2018

Lectures pour tous : William Faulkner

« Et alors, nous avons vu que ce n’était pas la valise qui lui donnait cet air différent. C’était sa figure, et Jewel a dit : "Il se les est fait mettre, ces fameuses dents." [...] "Voilà Cash et Jewel et Vardaman et Dewey Dell", dit notre père, comme qui dirait penaud et fier à la fois, avec ses dents et le reste, quand même il évitait de nous regarder. "Je vous présente Mrs. Bundren", qu’il dit comme ça. » William Faulkner, Tandis que j’agonise (1930), trad. Maurice Edgar Coindreau, Gallimard 1934 ~ Faulkner et... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 03:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 août 2018

Lecture pour tous : William Faulkner

« Peut-être, dit le Major, mais il est une de vos coutumes que je ne saurais adopter: votre habitude de manger des tartes aux pommes. On n’en fait pas chez nous. Aucun Anglais, aucun Gallois ni aucun Écossais ne consentirait à manger une tarte aux pommes. – Vraiment ? dit Fairchild. Il me semble pourtant me rappeler... – Pas aux pommes, mon vieux. D’autres sortes, oui, mais pas de tartes aux pommes. Il y a de nombreuses années sévissait parmi les collégiens d’Eton l’habitude de sortir à toute heure pour acheter des tartes... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 août 2018

Lectures pour tous : Cormac McCarthy

« C’est ton problème, dit Suttree. Il recula et tourna les talons pour s’en aller. À ce moment-là le gamin lui sauta dessus. Suttree l’esquiva. Ils tombèrent par terre. Suttree pouvait sentir son odeur aigre de sueur. Le gamin essayait de le frapper, des coups brefs de ses gros poings. Suttree poussa son visage contre la poitrine. Peur et nausée. Le gamin cessa de frapper et tenta de le saisir à la gorge. Suttree roula sur lui-même. Ils se relevèrent. Le gamin le tenait par la veste. Suttree lui décocha un coup de poing. Ils se... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 06:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 août 2018

Lectures pour tous : Jaroslav Hašek

Mais la discipline, on a beau dire, c’est important dans l’armée. Sinon, tout irait à vau-l’eau. Makovec, notre Oberleutnant, il nous disait toujours : « Faut de la discipline, bande de crétins. Sans elle, vous seriez encore en train de grimper aux arbres comme des macaques. L’armée fera de vous des hommes, tas d’imbéciles. » Et il avait raison, pas vrai ? Imaginez un parc, disons, par exemple, celui de la place Charles, et sur chaque arbre, un soldat sans discipline. V’là ce qui m’a toujours fait peur. Jaroslav... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 juin 2018

Lipstick Traces

Greil Marcus a eu 73 ans ce matin. Vingt-neuf ans après sa première édition, les éditions Allia publient Lipstick Traces dans une version légèrement allongée et remaniée, toujours traduite par Guillaume Godard. A lire sur la plage ou au stade, sauf si le livre vous dégoûte, à bon escient, du stade et de la plage.
Posté par charles tatum à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 juin 2018

Lectures pour tous : Vladimir Nabokov [la mort de Lucette]

« Bien que jamais encore Lucette n’eût plongé dans la mort d’une pareille hauteur au milieu d’un tel désordre d’ombres et de reflets serpentiformes, elle entra presque sans une éclaboussure dans la vague qui se gonfla pour l’accueillir. Cette fin parfaite fut gâtée par le geste instinctif qui la ramena immédiatement à la surface, alors qu’elle avait résolu, au cours de sa dernière nuit à terre, de s’abandonner dans le sein de l’onde à la torpeur du narcotique, si jamais il fallait en venir à cette extrémité. La petite étourdie ne... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 03:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 mai 2018

Lectures pour tous : Vladimir Nabokov

« Nous connûmes cet étrange anthropoïde qui grouille au bord des routes, l’Auto-stoppeur, Homo pollex [pouce] en termes scientifiques, sous toutes ses formes et sous-espèces: le modeste soldat, tiré à quatre épingles, attendant paisiblement, et paisiblement conscient de l’attrait viatique qu’exerce le kaki; l’écolier souhaitant aller deux rues plus loin; le tueur désirant se rendre deux mille kilomètres plus loin; le vieux monsieur, mystérieux et nerveux, avec sa valise toute neuve et sa moustache bien taillée; un trio de... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,