20 janvier 2019

Lectures pour tous : Jean Rolin

« Dans une de ses dernières lettres, adressée "au capitaine aviateur H. Norrington", trois semaines environ avant l’accident de moto qui devait lui coûter la vie, Lawrence se plaint d’être dérangé "six heures par jour" par une "infecte mésange" qui se heurte obstinément à sa fenêtre, et à laquelle il envisage de "tordre le cou": "Quel fichu oiseau !" ajoute-t-il dans sa lettre au capitaine aviateur, "il tapote trop régulièrement et me distrait". Mais le plus inattendu, dans cette histoire, c’est la note en bas de page, de... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 décembre 2018

Lectures pour tous : Curzio Malaparte

« La crypte est petite, tout en bois, et décorée avec simplicité, rien que quelques drapeaux rouges. Le cercueil où est couché Lénine est un cercueil en verre : il est couché sur le dos, la main droite le long de sa hanche, la main gauche posée sur son ventre. Vêtu de noir, il a le visage très pâle, légèrement ranimé sur les pommettes par un soupçon de rouge : les traits blancs sont couverts de taches de rousseur, la barbe est rousse. Sur les photos, la barbe paraît noire, de même que la moustache, les sourcils, les... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 décembre 2018

Lectures pour tous : Stefan Hertmans

« Il est témoin d’un épouvantable accident du travail : le fils du forgeron tombe tête la première dans le four brûlant. Il voit le forgeron [...] retirer son fils des flammes en jurant, mais il est trop tard. Ce qu’ils aperçoivent est un visage détruit, une boule noircie par le feu, aux traits vaguement humains où bouillonne un liquide glaireux, mélangé à de la salive ensanglantée. Les yeux calcinés sont blancs comme ceux d’un poisson cuit. La bouche est un trou noir où brillent les dents du haut à présent dégagées. Un... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 02:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 novembre 2018

Lectures pour tous : Stefan Hertmans

An 1092 « La population des grandes villes se révolte. On parle d’hérésie, de vols accompagnés de meurtres, de règlements de comptes, d’échauffourées et de faux prophètes. On raconte partout que l’antéchrist est apparu sur terre. Le monstre de la fin des temps millénaire annoncé dans l’Apocalypse a tout de même fini par arriver, mais personne ne le reconnaît, le diable se déguise, attention. Ce borgne difforme là-bas ne serait-il pas le diable ? Ce mendiant boiteux avec son pied bot n’est-il pas un habile déguisement du... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 novembre 2018

Lectures pour tous : Hervé Prudon

« on était tristes et seuls mes chiens moi et mon verre de vin on aurait pu aller dans un autre bistrot boire un autre verre de trop ou rentrer dans le monde réel affronter ma femme et mes enfants mais je suis resté là à boire des coups le vin du vague à l’âme et la serveuse qui n’en fait pas un drame » ~ L'aimable Hervé Prudon, dont les romans / Mardi-Gris / Tarzan malade / Plume de nègre / Il fait plus froid dehors que la nuit // Venise attendra / Les hommes s'en vont / et tant d'autres, m'ont nourri tout au... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 octobre 2018

Lectures pour tous : Roberto Saviano

« Le secret de la friture de paranza, c’est de savoir choisir les petits poissons : ils doivent trouver leur place parmi les autres. Si on a une arête d’anchois coincée entre les dents, ça veut dire qu’on en a pris des trop grands. Si on reconnaît le calamar, il est trop gros et ce n’est plus une friture de paranza : c’est un mélange de ce qu’on a pêché. Dans une vraie friture de poissons, on mastique tout sans rien identifier. La friture de paranza se fait avec les restes, c’est l’ensemble qui donne la saveur. Mais... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 octobre 2018

Lectures pour tous : Jean-Louis Comolli

« Car avec la musique l’histoire et la géographie se déplacent, l’espace et le temps se recomposent, et cette chose si fragile qu’est un chant fait bouger les continents. Le blues, le jazz en sont la plus certaine confirmation. Ce qui est vital pour le cinéma, le lien entre corps et décor, entre image et lieu, ne paraît pas être un enjeu pour les musiques, toutes locales, sans doute, quand on les compose ou qu’on les joue, mais toutes extra-spatiales et ultra-temporelles quand on les écoute. » Jean-Louis Comolli, Une... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 octobre 2018

Lectures pour tous : Alphonse Allais [for president]

Madame dont la taille augmente chaque jour      Et dont toute la joie Est de coudre et de tailler pour le futur amour      Que le ciel lui envoie Dans le madapolam, le coton ou la soie      Couches, langes, layettes      Et tabliers avec bavettes, Madame, dans sa glace, un jour, se regardant,      Se mit à rire effrontément. Moralité : La mère rit de son arrondissement    
Posté par charles tatum à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 octobre 2018

Lectures pour tous : Denis Diderot

Jacques demanda à son maître s’il n’avait pas remarqué que quelle que fût la misère des petites gens, n’ayant pas de pain pour eux, ils avaient tous des chiens ? S’il n’avait pas remarqué que ces chiens, étant tous instruits à faire des tours, à marcher à deux pattes, à danser, à rapporter, à sauter pour le roi, pour la reine, à faire le mort, cette éducation les avait rendus les plus malheureuses bêtes du monde ? D’où il conclut que tout homme voulait commander à un autre, et que l’animal se trouvant dans la société... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 septembre 2018

Lectures pour tous : Hector Mathis

 ~ « Je l’ai assez écumée la solitude. Notre seule chance d’échapper aux petites destinées sans saveur, c’est la musique. [...] On n’est rien que de pauvres notes au fond. En plein milieu des portées, trimballées, bousculées, raturées. On se gonfle, on baratine pour avoir l’air d’une mélodie complète. On ne fait illusion qu’un temps ! Et malgré ça... Une fois que tout a foutu le camp, châteaux, lumières, restaurants, amis, grisâtre et souvenirs, tout ! Absolument tout ! Alors il ne reste plus que la... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,