07 novembre 2018

Lectures pour tous : Hervé Prudon

« on était tristes et seuls mes chiens moi et mon verre de vin on aurait pu aller dans un autre bistrot boire un autre verre de trop ou rentrer dans le monde réel affronter ma femme et mes enfants mais je suis resté là à boire des coups le vin du vague à l’âme et la serveuse qui n’en fait pas un drame » ~ L'aimable Hervé Prudon, dont les romans / Mardi-Gris / Tarzan malade / Plume de nègre / Il fait plus froid dehors que la nuit // Venise attendra / Les hommes s'en vont / et tant d'autres, m'ont nourri tout au... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 octobre 2018

Lectures pour tous : Roberto Saviano

« Le secret de la friture de paranza, c’est de savoir choisir les petits poissons : ils doivent trouver leur place parmi les autres. Si on a une arête d’anchois coincée entre les dents, ça veut dire qu’on en a pris des trop grands. Si on reconnaît le calamar, il est trop gros et ce n’est plus une friture de paranza : c’est un mélange de ce qu’on a pêché. Dans une vraie friture de poissons, on mastique tout sans rien identifier. La friture de paranza se fait avec les restes, c’est l’ensemble qui donne la saveur. Mais... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 octobre 2018

Lectures pour tous : Jean-Louis Comolli

« Car avec la musique l’histoire et la géographie se déplacent, l’espace et le temps se recomposent, et cette chose si fragile qu’est un chant fait bouger les continents. Le blues, le jazz en sont la plus certaine confirmation. Ce qui est vital pour le cinéma, le lien entre corps et décor, entre image et lieu, ne paraît pas être un enjeu pour les musiques, toutes locales, sans doute, quand on les compose ou qu’on les joue, mais toutes extra-spatiales et ultra-temporelles quand on les écoute. » Jean-Louis Comolli, Une... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
11 octobre 2018

Lectures pour tous : Alphonse Allais [for president]

Madame dont la taille augmente chaque jour      Et dont toute la joie Est de coudre et de tailler pour le futur amour      Que le ciel lui envoie Dans le madapolam, le coton ou la soie      Couches, langes, layettes      Et tabliers avec bavettes, Madame, dans sa glace, un jour, se regardant,      Se mit à rire effrontément. Moralité : La mère rit de son arrondissement    
Posté par charles tatum à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 octobre 2018

Lectures pour tous : Denis Diderot

Jacques demanda à son maître s’il n’avait pas remarqué que quelle que fût la misère des petites gens, n’ayant pas de pain pour eux, ils avaient tous des chiens ? S’il n’avait pas remarqué que ces chiens, étant tous instruits à faire des tours, à marcher à deux pattes, à danser, à rapporter, à sauter pour le roi, pour la reine, à faire le mort, cette éducation les avait rendus les plus malheureuses bêtes du monde ? D’où il conclut que tout homme voulait commander à un autre, et que l’animal se trouvant dans la société... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 septembre 2018

Lectures pour tous : Hector Mathis

 ~ « Je l’ai assez écumée la solitude. Notre seule chance d’échapper aux petites destinées sans saveur, c’est la musique. [...] On n’est rien que de pauvres notes au fond. En plein milieu des portées, trimballées, bousculées, raturées. On se gonfle, on baratine pour avoir l’air d’une mélodie complète. On ne fait illusion qu’un temps ! Et malgré ça... Une fois que tout a foutu le camp, châteaux, lumières, restaurants, amis, grisâtre et souvenirs, tout ! Absolument tout ! Alors il ne reste plus que la... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 septembre 2018

Lectures pour tous : Jean-Marc Rouillan

Vient de sortir ~ Le mot de l'éditeur, et la 4e de couv Écrit en prison en 1998, Dix ans d’Action directe a longtemps été retenu dans les disques durs de l’éditeur, suspendu au calendrier pénal de l’auteur. En liberté conditionnelle depuis 2008, ce dernier n’avait pas le droit de s’exprimer publiquement sur les faits pour lesquels il avait été condamné – et dont certains sont rapportés dans ce livre. Cette obligation de se taire a pris fin en même temps que la conditionnelle, le 18 mai dernier. Jann Marc Rouillan ayant... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
09 septembre 2018

Lecture pour tous : Pierre Guyotat

[En souvenir de Budd Boetticher, tellement surpris] « Le chien, la moitié de mon quignon avalée, lèche boit la neige, remue sa queue fournie, lèche ma main, trotte plus loin, je le suis, d’autres se joignent à lui, à nous, s’écartent, détalent, droite, gauche, se reforment en bande loin devant nous, jusqu’au Pont-Neuf; la bande s’égaille entre les pavillons Baltard, mais le chien me pousse aux jambes et par des lècheries aux mains me dirige vers ceux de la viande; la neige reprend, lourde, liquide, dans la nuit; ne serais-je pas... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
05 septembre 2018

Lectures pour tous : William Faulkner

« Et alors, nous avons vu que ce n’était pas la valise qui lui donnait cet air différent. C’était sa figure, et Jewel a dit : "Il se les est fait mettre, ces fameuses dents." [...] "Voilà Cash et Jewel et Vardaman et Dewey Dell", dit notre père, comme qui dirait penaud et fier à la fois, avec ses dents et le reste, quand même il évitait de nous regarder. "Je vous présente Mrs. Bundren", qu’il dit comme ça. » William Faulkner, Tandis que j’agonise (1930), trad. Maurice Edgar Coindreau, Gallimard 1934 ~ Faulkner et... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 03:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 août 2018

Lecture pour tous : William Faulkner

« Peut-être, dit le Major, mais il est une de vos coutumes que je ne saurais adopter: votre habitude de manger des tartes aux pommes. On n’en fait pas chez nous. Aucun Anglais, aucun Gallois ni aucun Écossais ne consentirait à manger une tarte aux pommes. – Vraiment ? dit Fairchild. Il me semble pourtant me rappeler... – Pas aux pommes, mon vieux. D’autres sortes, oui, mais pas de tartes aux pommes. Il y a de nombreuses années sévissait parmi les collégiens d’Eton l’habitude de sortir à toute heure pour acheter des tartes... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,