21 janvier 2020

Lectures pour tous & jolies métaphores 1

« Dakota répandu contre lui haletait sans discontinuer, son long museau bâillant comme une moule cuite, scrutant passionnément son maître en laissant pendre une étroite langue jaunâtre et sèche sur un côté. » [Jean Échenoz, Nous trois, 1992]
Posté par charles tatum à 00:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 janvier 2020

Arte fait de la pédagogie (2)

L'autre soir, une chaîne de télévision européenne à vocation culturelle diffusa un film de Richard Thorpe. Tarzan Finds a Son (1939) était précédé d'un curieux panneau. Pourquoi cet avertissement ? Il semble que l'exemple vienne des rustres de Disney TV. La police de la pensée (Brigade de l'incitation à l'autocensure) se met en place, braves gens. Dormez tranquilles. PS. Mais pas de demi-mesure. Dès demain, comme les diffuseurs télé, les exploitants de cinémas et les journalistes dans leurs domaines respectifs, les éditeurs... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 07:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 janvier 2020

Henri Michaux (1899-1984)

Posté par charles tatum à 14:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 janvier 2020

Ellis Island : l’usine à fabriquer des Américains [Philippe Delvosalle]

[article paru dans Pointculture, Bruxelles, septembre-octobre 2019] Lewis W. Hine, 1905 ~~~ De 1892 à 1924, près de seize millions de migrants passèrent par l’îlot d’Ellis Island à New York. [...], évocation de "L’île des larmes", abordée par la plume de l’écrivain Georges Perec et les objectifs du documentariste Robert Bober et du photographe Lewis W. Hine. Un film (Robert Bober et Georges Perec) Un texte (Georges Perec) Des photographies (Lewis W. Hine) [Ellis Island,] c’est un petit îlot de quatorze... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
05 janvier 2020

... la bonne et moi

Certaines horreurs langagières ont le don de me tremper le nez dans la moutarde. L'emploi des vocables "papa" et "maman" hors de leur fonction vocative en est une. Je me réjouis donc, cette semaine, de voir Camille Laurens [au détour d'une chronique élogieuse consacrée à un livre de Régis Jauffret, précisément intitulé Papa] tordre joyeusement le cou à cette sale habitude. Cela allait sans dire, etc. « Pourquoi le cacher, écrit-elle, à moins d’être publié dans la collection "Pitchounets" pour les 6-9 ans, un roman dont le titre... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 janvier 2020

"Le goût de Tokyo", chez Géo/Mercure de France

Louis et moi sommes très fiers, vous pensez, d'être mis à contribution de la sorte, au voisinage de Bouvier, Nishimura, Murakami (Ryu), Barthes, Brautigan, Marker, Lévi-Strauss et autres célébrités de gros calibre. Si fiers que nous pardonnons au Mercure de France d'avoir oublié de nous demander l'autorisation.
Posté par charles tatum à 19:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

03 janvier 2020

Lectures pour tous : Pierre Senges (et Laurel & Hardy)

On ne l'a pas encore lu [ça ne tardera pas], mais on en a entendu parler. *** LE FILM
Posté par charles tatum à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
25 décembre 2019

Un proverbe pour le réveillon

"Un morceau de pain sec et la tranquillité valent mieux qu'un bon repas dans une maison pleine de disputes." [Proverbes, 17:1] [John Brown, in Pourfendeur de nuages, Russell Banks 1998]
Posté par charles tatum à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 décembre 2019

L'homme-art fait sa pub, il a bien raison

Vient de paraître aux éditions Yellow Now Biographie, année par année, d’un artiste pluridisciplinaire qui, en 1973, ébaucha une esthétique relationnelle globale (192 p., 580 ill., pas de prix indiqué). « Avec Lennep, la sociologie devient morale. Depuis Marcel Broodthaers, je pense n’avoir jamais pensé à un artiste belge avec autant de plaisir. » (Pierre Restany, 1980). « Salut... Lennep. » (Harald Szeemann, 1983). « Lennep, très tôt, fut un artiste conceptuel en concevant une fiction. C'est déjà un... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
13 décembre 2019

Le Tati de Taschen

Sur Jacques Tati, mes livres préférés étaient celui de Jacques Kermabon (Yellow Now, 1988), celui de Michel Chion (Cahiers du cinéma, 1987) et deux ou trois Jean-Claude Carrière illustrés par Pierre Etaix. Vient de les rejoindre sur l'étagère le monstrueux et magnifique ouvrage en cinq volumes coordonné par Alison Castle (Taschen, 2019). Près de 1200 pages au total, pas loin de six kilogrammes, des monceaux de documents et des myriades de textes érudits mais joyeux [On y retrouve l'ami Kermabon]. Un rêve pour qui n'a pas besoin de... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,