16 décembre 2018

Lectures pour tous : Stefan Hertmans

« Il est témoin d’un épouvantable accident du travail : le fils du forgeron tombe tête la première dans le four brûlant. Il voit le forgeron [...] retirer son fils des flammes en jurant, mais il est trop tard. Ce qu’ils aperçoivent est un visage détruit, une boule noircie par le feu, aux traits vaguement humains où bouillonne un liquide glaireux, mélangé à de la salive ensanglantée. Les yeux calcinés sont blancs comme ceux d’un poisson cuit. La bouche est un trou noir où brillent les dents du haut à présent dégagées. Un... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 02:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 novembre 2018

Hotties Reading 553

Françoise Sagan, écrivain français, 1935-2004
Posté par charles tatum à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 novembre 2018

Lectures pour tous : Stefan Hertmans

An 1092 « La population des grandes villes se révolte. On parle d’hérésie, de vols accompagnés de meurtres, de règlements de comptes, d’échauffourées et de faux prophètes. On raconte partout que l’antéchrist est apparu sur terre. Le monstre de la fin des temps millénaire annoncé dans l’Apocalypse a tout de même fini par arriver, mais personne ne le reconnaît, le diable se déguise, attention. Ce borgne difforme là-bas ne serait-il pas le diable ? Ce mendiant boiteux avec son pied bot n’est-il pas un habile déguisement du... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 novembre 2018

Ravel – « L’énigme éternelle »

pour Elisabeth de Fontenay et Gaspard de la nuit
Posté par charles tatum à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
11 novembre 2018

Chevallier, Remarque, Dix, Gance, et du côté d'Orouet

Pour célébrer le onze novembre, on peut lancer un commando pâtissier sur les dizaines de chefs d'Etat hypocrites, emperruqués et propres sur eux qui vont plastronner sur les Champs-Elysées en jurant qu'il ne se feront plus jamais la guerre, mais il est vrai que ça peut être dangereux, car Trump et ses copains ont la main leste. On peut relire La Peur de Gabriel Chevallier, ce chef-d'oeuvre absolu de dissuasion anti-belliciste [et alter ego de A l'ouest rien de nouveau, de l'Allemand E.M. Remarque], toujours disponible en Livre de... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
07 novembre 2018

Lectures pour tous : Hervé Prudon

« on était tristes et seuls mes chiens moi et mon verre de vin on aurait pu aller dans un autre bistrot boire un autre verre de trop ou rentrer dans le monde réel affronter ma femme et mes enfants mais je suis resté là à boire des coups le vin du vague à l’âme et la serveuse qui n’en fait pas un drame » ~ L'aimable Hervé Prudon, dont les romans / Mardi-Gris / Tarzan malade / Plume de nègre / Il fait plus froid dehors que la nuit // Venise attendra / Les hommes s'en vont / et tant d'autres, m'ont nourri tout au... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 novembre 2018

Hotties Reading 550

Comme on regrette Pétillon... [merci Ph!l]
Posté par charles tatum à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 novembre 2018

Comme le temps passe

Bien vu. Au lieu de célébrer bêtement le centenaire du 11-novembre, vous feriez mieux de lire Pierre Guyotat. [Merci Xavier Gorce]
Posté par charles tatum à 15:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
05 novembre 2018

Lu dans le journal : Guyotat est célèbre

Pierre Guyotat a reçu un prix Femina spécial pour l’ensemble de son œuvre. PS du lendemain (mardi) : Idiotie gagne le Médicis.
Posté par charles tatum à 15:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 octobre 2018

Lectures pour tous : Roberto Saviano

« Le secret de la friture de paranza, c’est de savoir choisir les petits poissons : ils doivent trouver leur place parmi les autres. Si on a une arête d’anchois coincée entre les dents, ça veut dire qu’on en a pris des trop grands. Si on reconnaît le calamar, il est trop gros et ce n’est plus une friture de paranza : c’est un mélange de ce qu’on a pêché. Dans une vraie friture de poissons, on mastique tout sans rien identifier. La friture de paranza se fait avec les restes, c’est l’ensemble qui donne la saveur. Mais... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,