19 octobre 2022

Le Mépris (scénario) est à vendre

Le manuscrit autographe du Mépris sera mis en vente à Paris demain, 20 octobre, a annoncé la maison d’enchères Christie’s. Estimé entre 120 000 et 180 000 €, il est constitué de 59 pages à l’encre bleue et 24 pages dactylographiées, dont un grand nombre annotées et corrigées de la main de Jean-Luc Godard. Ont été reliés au début des fragments de l’affiche officielle montrant le titre du film et le nom de Bardot et, en fin de volume, une note dactylographiée annotée d’Alberto Moravia [dont le roman est à l’origine du film], une note... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

19 octobre 2022

La conscience esthétique vulgaire de Yukio Mishima

« N’étant pas critique littéraire, je ne m’aventurerai pas trop loin dans une réflexion sur la conscience esthétique dans les œuvres de Mishima; je dirai simplement qu’elle diffère radicalement de la mienne. Ou plutôt: que cette conscience, dans mon processus de création et dans celui ce Mishima, ne se situe pas du tout sur le même plan. Au cours de notre entretien, il m’a dit qu’il ne comprenait pas Été japonais: double suicide. À cela, rien d’impossible: comment, avec la conscience esthétique de Mishima, comprendre quoi que... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 03:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 octobre 2022

Lectures pour tous : John le Carré

Cette fois, c'est la fin. Le dernier roman (posthume). Le titre original, c'est Silverview. Eh oui. Bravo, le Seuil. Pour le marketing, vous êtes costauds. Quant à la traduction du livre, c'est Isabelle Perrin qui s'y est collée.
Posté par charles tatum à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 octobre 2022

« Que vos bouches restent vides de viande »

« Comme il est mal habitué, comme il se prépare au sang humain celui qui à un petit veau, de son couteau, coupe la gorge, offre ses oreilles insensibles aux mugissements. Ou celui qui peut égorger un chevreau qui pousse des vagissements de bébé, ou celui qui se nourrit de l’oiseau à qui il a donné à manger ! On est à combien, ici, du crime complet ? Jusqu’où est-on prêt à aller ? Que le bœuf laboure, qu’on attribue sa mort à ses vieilles années. Que la brebis nous offre des armes contre Borée, que les chèvres... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
03 octobre 2022

Lectures pour tous : Jane Sautière

« Je ne sais rien de mes grands-parents. Il y avait si peu de transmission dans les classes populaires, là où les gens sont interchangeables dans le travail, des électrons des "masses laborieuses", aucune raison de se distinguer, pas de récit, peu de photos, sauf au moment des mariages ou du départ au front, pas de lettres. Bien sûr quelque chose passe jusqu’à moi [...]. Ceux qui ont souffert et fait souffrir de l’alcool (mon grand-père maternel), les incarcérés (un cousin, coups et blessures volontaires parce que ivre, ma... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 septembre 2022

François Bott 1935-2022

La semaine dernière, François Bott a cassé sa pipe. Il était né en 1935. Avant d’écrire ses propres livres (25, à vue de nez), il s’est beaucoup intéressé à ceux des autres. Après avoir participé à la création du Magazine littéraire, par exemple, il fut le patron, pendant une dizaine d’années, du « Monde des livres ». Pour la petite histoire: il eut la gentillesse d'y publier le compte rendu, rédigé par mézigue, de l’Anthologie de la subversion carabinée de Noël Godin. Ce fut, sauf erreur, la première recension dans la... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

24 septembre 2022

Luis Buñuel, 1928

« Le bruit court que le ministre de l’Instruction publique va interdire dorénavant toute sorte d’information cinématographique et même, à ce qu’on dit, de revues consacrées au septième art. Il semblerait que le Ministre les accuse d’être pornographiques, d’abêtir le goût du public, d’alimenter l’idiotique banalité des admirateurs et admiratrices des stars, d’attenter continuellement à l’intelligence de la masse. Il a imposé de grosses amendes à d’importants journaux, parce que selon lui, et vu le caractère de sérieux dont ils... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
21 septembre 2022

Lectures pour tous : Leonardo Sciascia / Raymond Roussel

« Il s’agit d’un ormo-type, masse musculaire et pannicule adipeux bien développés, semi-rigidité cadavérique; couleur de la peau manifestement pâle – taches hypostatiques répandues également sur le dos et les membres inférieurs. On ne remarque aucune lésion extérieure, à l’exception d’écorchures épidermoïdes à l’hémithorax gauche remontant à une date pas très récente – et à l’exception d’une solution de continuité au tiers inférieur de l’avant-bras gauche, concernant environ deux centimètres des téguments communs – et présentant... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
16 septembre 2022

Inlassable Annie Le Brun

« [Je trouvais] plus d’intérêt à côtoyer les surréalistes, notamment Radovan Ivsic et Robert Benayoun, alors très actif: celui-ci dirigeait en effet la revue Positif, qui m’intéressait beaucoup en ce qu’elle se distanciait de la Nouvelle Vague et de son esthétique néo-bourgeoise qui séduisait alors gauche et droite. Les positions de Positif étaient mal vues par la bienséance critique à la mode, notamment celle des Cahiers du cinéma. On se retrouvait tous les dimanches, lors de réunions pleines de vie et d’humour qu’animait... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
14 septembre 2022

Lectures pour tous : Mathieu Belezi

« Cela dit, j’écrirai peut-être un jour un texte sur l’arrivée des Français à Sidi-Ferruch, en 1830. C’est un moment inouï. Pensez qu’un brick a été affrété par un restaurateur nantais pour transporter ses ortolans, ses truffes, terrines et pâtés, ses vins de Bordeaux et de Bourgogne. Et, comme au début, il n’y a aucune résistance à Sidi-Ferruch, tout le monde s’installe sur la plage. Il fait beau. Les soldats sont contents. Ils banquettent tous les soirs. Bien sûr, si l’un d’eux s’éloigne du camp pour aller voir la campagne, on... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,