11 novembre 2016

Mort d'un poète

« Il était un homme charmant, un camarade exquis, un esprit délicieux, un vrai poète, sensible et subtil, un écrivain plein d’évocation, d’étrangeté et de merveilleux, un lettré dans le sens le plus curieux et le plus séduisant du mot. La malice, la finesse, l’ironie accomplies ! [...] J’ai été conquis dès le premier jour par l’enchantement de cette poésie mystérieuse, étrange, au ton un peu brisé, barbare et équivoque, d’un effet de suggestion et d’émotion extraordinaire, le plus souvent avec les mots les plus simples, et la forme,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 novembre 2016

Appel de Asli Edogan

Appel de l'écrivain et militante turque Asli Erdogan du fond de sa cellule. (cliquer ici)      
Posté par charles tatum à 01:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
04 novembre 2016

Soulèvements, le catalogue

 La Wells-Fargo vient de nous livrer ceci. Reste à faire mon homework avant de monter à Paris. Merci à Georges, Nicole, et tous les camarades.
Posté par charles tatum à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
01 novembre 2016

Lectures pour tous : Caroline Hoctan

« Voilà pourquoi il estime que la forme par excellence de la fiction, de nos jours, n’est plus le roman mais le scénario, le scénario dans toutes ses dimensions, toutes sortes de scénarios, mais surtout, le scénario catastrophe, qui reste le plus passionnant en termes de prospective: décroissance halieutique, biodiversité en chute libre, couche d’ozone en danger, flux rompus, intelligence artificielle hostile, invasion entropique, faillite des États, krach financier, guerre de civilisations, pollution anthropique, terrorisme... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
13 octobre 2016

Adonis, deux mots sur le poète et le critique

« La poésie, de nos jours, s’expose à un danger qui ne vient pas d’elle mais de la parole qui s’y réfère. [...] Le lecteur ne lit plus le poème, il lit le poète, ses préférences, ses inclinations. Il lit ce qu’on lui déclare du poète et de la poésie. Le poète est devenu pour le critique un moyen d’affirmer ses options, d’exposer ses théories, non de donner accès au poème en tant que tel. Il s’agit là d’une critique qui déchiffre la poésie par le truchement du monde. La véritable critique est tout le contraire, elle dévoile le... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 02:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 septembre 2016

Ally McBeal for ever (& Barry White)

A Mister Kelley, Mister White, Benoît Duteurtre [Nostalgie d'un siècle passé, où l'on cherchait chaque matin dans Libération, l'article où Louis Skorecki évoquerait Ally McBeal et sa bande]  
Posté par charles tatum à 09:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

22 septembre 2016

C-huit H-dix N-quatre O-deux #30

« Je suis pas difficile, rapporte-moi juste un de ces trucs qu’on appelle un delicioso-super-fragi-monsignore-par-ici-et-par-là-bien-serré, surtout pas du déca, hein. Bon, quand le type versera l’expresso sur le lait moussu, veille bien à ce qu’il endommage le moins possible la couche supérieure de la mousse. Le résultat doit ressembler à une pointe d’épingle marron dans une mer de blanc. En outre, quand il versera l’expresso, il devra le faire à un rythme délibéré de sorte que l’expresso et le lait ne se mélangeront pas mais... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 01:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 septembre 2016

Far Beyond the Sun / Une singularité nue

Le 18 septembre 1970, dans une banlieue de Stockholm, le petit Lars Johan Yngve Lannerbäck apprend comme tout le monde à la télévision la mort de Jimi Hendrix. Le futur Yngwie Malmsteen, âgé de sept ans, décide de se mettre à la guitare. Quarante-six ans plus tard, "Far Beyond the Sun" est au cœur d'un chapitre mémorable quoique légèrement scatologique de Une singularité nue, le roman maudit de Sergio De La Pava (remarquablement traduit par Claro). Comme quoi, nos vingt ans ne nous lâchent pas d'une semelle.
Posté par charles tatum à 08:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
10 septembre 2016

Lectures pour tous : Hérault de Séchelles

« Mais ce n’est pas assez de savoir choisir les livres, il faut encore en déterminer la quantité, se bien placer, profiter de ses moments, faire naître les dispositions ; ralentir et accélérer alternativement le mouvement de sa pensée, jouer tour à tour le rôle actif et le rôle passif, enfin savoir se passer de livres. » « Ne jamais parler le premier, si ce n’est de la santé, de la pluie et du beau temps. » Hérault de Séchelles, Codicille politique et pratique d’un jeune habitant d’Épône [Théorie de... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 septembre 2016

Quand les poètes sont de mauvais poil

Aujourd'hui, Albert de Routisie (Louis Aragon), 1928 *** « Brutes je vais crier je crie brutes fils de truies enculées par les prie-Dieu avortons de caleçons sales boues de chiottes mailles sautées aux bas des putains crapauds domestiques muqueuses purulentes vermines lâchez-moi roulures de rhododendrons poils d’aisselles bougies tontes de poux suints de rats copeaux copeaux noires déjections lâchez-moi je vous tue je vous pile je vous arrache les couilles je vous mâche le nez je vous je vous piétine. Mort mort ils vont donc me... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,