25 novembre 2021

Fêtez Noël [Arnaud] !

Pas encore sorti, pas encore lu. Pas vu, pas pris. Mais ça ne se discute pas. [Couverture d'André Stas.] « Le mot rare qu’on sort de sa boîte, le mot usé qu’on réinstalle dans la parole, le mot vieilli qu’on rhabille de vêtements neufs, le mot savant, le mot précieux, le néologisme, et le mot populaire, le mot d’argot, le patois, le lapsus linguæ, et le mot-bête et le mot à consonnance amusante ou obscène, et cette pauvre victime du sérieux contemporain, le généreux calembour, ce furieux appel de l’inouï, voilà qui... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 14:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 novembre 2021

Lectures pour tous : Enfin, le journal de René Fallet

[25 novembre 1975] « Je ne lis guère qu’aux chiottes. Comme je vais à la selle comme un jockey, je possède une culture honnête. La constipation, c’est l’ignorance. » René Fallet, Journal de 5 à 7 (1967-1983), Équateurs, 2021 [inédit] ~ [merci à Carlos]
Posté par charles tatum à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 novembre 2021

Lectures pour tous : Franz Kafka

21 novembre 1915 « Inutilité complète. Dimanche. Dans la nuit insomnie particulière. Jusqu’à midi moins le quart au lit par un temps ensoleillé. Promenade. Déjeuner. Lu le journal, feuilleté de vieux catalogues. Promenade Hybnergasse, parc municipal, Wenzelsplatz, Ferdinandstrasse, puis en direction de Podol. Péniblement rallongée à deux heures. De temps à autre subi de violents maux de tête, à un moment donné littéralement brûlants. Dîné. Maintenant chez moi. Qui peut regarder ça de haut du début à la fin en gardant les yeux... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
18 novembre 2021

Lectures pour tous : Georges Perec & Marie Darrieussecq

« Il fit tout pour dormir, mais il n’y parvint jamais. Il mit un pyjama à pois, puis un maillot, puis un collant, puis un foulard, puis la gandourah d’un cousin spahi, puis il coucha tout nu. Il fit son lit d’au moins vingt façons. » Georges Perec, dans son célèbre lipogramme La disparition (1969), cité par Marie Darrieussecq dans l'époustouflant Pas dormir, POL 2021, p.71. ~ [Darrieussecq préfaça la réédition de La disparition parue en 2020 chez Denoël.] Georges et Marie, on ne s'en lasse pas. Marie Darrieussecq, août... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
12 novembre 2021

Lectures pour tous : Patrick Modiano, Henri Bergson

« Tous les écrivains francais, du plus futile au plus obscur m’étaient familiers. À quoi m’aurait servi cette érudition bizarre sinon à me lancer dans le commerce des livres ? Je m’aperçus rapidement qu’il était très difficile de se procurer à bas prix des éditions rares. Je ne trouvais que des produits de second ordre: des "originales" de Vautel, Fernand Gregh ou Eugène Demolder... Au hasard d’une expédition passage Jouffroy, j’achetai pour 3,50 francs un exemplaire de Matière et Mémoire. On y lisait, en page de garde,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 novembre 2021

Lectures pour tous : Jean-Claude Pirotte [avec Laurie Bird]

« Le lendemain, je suis revenu. Et les autres jours. Je me montre prudent. Je veille à ce que le tableau conserve sa fraîcheur et son chic d’ébauche, et que le bitume du temps, qui brouille si vite les images si l’on n’y prend garde, ne gagne pas ce cœur du monde, les figures mobiles des acteurs dont je m’interdis de parler davantage, afin de préserver à leur insu le miracle de leur réalité. Peut-être aussi, qui sait ? celui de la mienne. » Jean-Claude Pirotte, Tio Pepe, 1992. Laurie Bird ("The Girl"), pendant le... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

31 octobre 2021

« Ce qu’il y a de meilleur dans l’homme, c’est le chien. » [Vialatte]

« Voici les froids. Les Goncourt mijotent leur décision. Ils mangeront de la saucisse, ils boiront du vin blanc. Chez Drouant. Les candidats attendront dans le couloir. Ils seront tous recalés. Sauf un. Il s’achètera un appartement dans un quartier plus riche. Il y fera mettre de la moquette neuve. [...] Les recalés maudiront leurs juges, paresseront, ne déménageront pas. Avec le bénéfice d’une telle économie, ils achèteront du whisky, du vin rouge et des alcools qui tuent lentement. Tels que je les connais, ils les boiront. Ils... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 octobre 2021

Hotties Reading 698

Eduardo Galeano (1940-2015) dont on relira avec profit le classique Les veines ouvertes de l'Amérique latine, en même temps qu'on découvrira l'étrange Temps sauvages, dernier livre à ce jour de Mario Vargas Llosa [Gallimard "Du monde entier", 2019, traduit de l'espagnol (Pérou) par Albert Bensoussan et Daniel Lefort].
Posté par charles tatum à 00:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 octobre 2021

Lectures pour tous : Ludmila Oulitskaïa

« Ceux qui étaient soumis aux expériences étaient plus ou moins sains, eux aussi, mais ils étaient nés de lapins alcooliques que le docteur avait abreuvés d’alcool dilué depuis leur plus jeune âge, et qu’il accouplait ensuite avec d’autres lapins alcooliques pour observer leur descendance. C’était le sujet de sa thèse: l’influence de l’alcool sur la descendance des lapins. Car pour ce qui était de l’influence de l’alcool sur la descendance des êtres humains, là-dessus, la science en savait déjà beaucoup. La laborantine Macha... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 septembre 2021

Paul Vecchiali en librairie

L'éditeur est ici
Posté par charles tatum à 07:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,