30 janvier 2020

Angoulême : une conférence qui va faire du bruit

Notre ami Bernard Joubert donnera, dans le cadre du festival international de bande dessinée [Angoulême, 30 janvier au 2 février 2020], une conférence inédite sur la place du pet dans la BD. Intitulée Flatulences en cases, elle se tiendra le samedi 1er, au Conservatoire, à quatorze heures pétantes. Qu'on se le dise.
Posté par charles tatum à 02:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 janvier 2020

Kinuyo Tanaka (1910-1977) à Locarno

Du 5 au 15 août prochains, le festival de Locarno rendra hommage à la grande Kinuyo Tanaka, réalisatrice (elle tourna six films, dont on nous promet la redécouverte au bord du lac) et actrice (plus de deux cents films à son actif avant et après l'arrivée du son, sous la direction de Mizoguchi, Ozu, Kinoshita, Gosho, Shimizu et de bien d'autres). C'est la bonne nouvelle du jour. Il en faut. Quatre images: Femmes et voyous (Yasujiro Ozu, 1933), La vie d'O'Haru femme galante (Kenji Mizoguchi, 1952), La ballade de Narayama (Keisuke... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
20 janvier 2020

Nos films préférés en 2019 : Louis Danvers

Gisaengchung (Parasite), de Bong Joon-ho (Corée, 2019) Joker, de Todd Phillips (États-Unis, 2019) Da xiang xi di er zuo (An Elephant Sitting Still), de Bo Hu (Chine, 2018)  Les misérables, de Ladj Li (France, 2019) Dijiutianchang (À bientôt, mon fils/So Long My Son), de Wang Xiashuai (Chine, 2019) Jiang hu er nu (Les éternels), de Jia Zhangke (Chine, 2018) Marriage Story, de Noah Baumbach (Royaume-Uni, 2019) Il Traditore (Le traître), de Marco Bellocchio (Italie, 2019) Mirai no Mirai  (Miraï, ma petite sœur),... [Lire la suite]
07 janvier 2020

Nos films préférés en 2019 : Noël Godin

1. Joker, de Todd Phillips (États-Unis, 2019) 2. Acht Stunden sind kein Tag (Huit heures ne font pas un jour), de Rainer Werner Fassbinder (Allemagne, 1972) 3. Sorry We Missed you, de Ken Loach (Royaume-Uni, 2019) 4. Anna, de Luc Besson (France, 2019) 5. Fisherman’s Friends, de Chris Foggin (Royaume-Uni, 2019) 6. Les Misérables, de Ladj Ly (France, 2019) 7. Green Book (Green Book : Sur les routes du Sud), de Peter Farrelly (États-Unis, 2018) 8. Hatsukoi (First Love, le dernier yakusa), de Takashi Miike (Japon, 2019) ... [Lire la suite]
04 janvier 2020

"Le goût de Tokyo", chez Géo/Mercure de France

Louis et moi sommes très fiers, vous pensez, d'être mis à contribution de la sorte, au voisinage de Bouvier, Nishimura, Murakami (Ryu), Barthes, Brautigan, Marker, Lévi-Strauss et autres célébrités de gros calibre. Si fiers que nous pardonnons au Mercure de France d'avoir oublié de nous demander l'autorisation.
Posté par charles tatum à 19:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
30 décembre 2019

FDJ 166 : Peter Watkins

Resan (Le voyage), 1987
Posté par charles tatum à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 octobre 2019

Isao Takahata 1935-2018

Si Isao Takahata était encore de ce monde, il aurait aujourd'hui 84 ans. Il nous reste ses films et ses séries, parfois réalisés/écrits/produits avec Hayao Miyazaki, l'autre bon génie de Ghibli [Merci Jacques et Blink Blank]
Posté par charles tatum à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
16 octobre 2019

Lumière 2019, 8

Petites nouvelles du commerce de détail. Parmi les invités du 1er Marché international du Film classique hébergé par l'Institut Lumière, Peter Becker est venu présenter le travail de Criterion, la Rolls-Royce new-yorkaise de l'édition DVD-Blu-ray créée il y a trente-cinq ans par son père, William Becker. Aucune angoisse du marché peau-de-chagrin pour Criterion, qui vise les cinéphiles et les chercheurs - "ceux-là même qui veulent de beaux objets et gardent les films comme ils ont des livres dans leur bibliothèque". Le numéro 1000 de... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
05 août 2019

Kenji Mizoguchi : Femmes femmes, ou Le bel été

 ~ « Ces films – qui, en une langue inconnue, nous content des histoires totalement étrangères à nos mœurs ou habitudes – nous parlent en effet un langage familier. Lequel ? Le seul auquel doive somme toute prétendre un cinéaste: celui de la mise en scène. Si la musique est idiome universel, la mise en scène aussi : c’est celui-ci, et non le japonais, qu’il faut apprendre pour comprendre “le Mizoguchi”. Langage commun, mais porté ici à un degré de pureté que notre cinéma occidental n’a jamais connu... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 juillet 2019

La Rochelle 02

Chikamatsu monogatari,  Kenji Mizoguchi 1954 « Les "amants crucifiés" transgressent les lois de leur univers social, et sont au-delà de tout jugement. Ils apparaissent comme les seuls vrais vivants du film et, à ce titre, exercent une fascination aussi bien sur les autres personnages de l’intrigue que sur le spectateur. L’art, la certitude [...], l’acharnement tranquille avec lesquel Mizoguchi met en œuvre cette fascination dans les cadrages, le grain de la photo ou le jeu des interprètes font de lui, au moins dans sa... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,