07 janvier 2017

Nos films préférés en 2016 : Thomas Gombowhicks

Sans hiérarchie, ni ordre particulier The Hired Hand [L’Homme sans frontière], de Peter Fonda, 1971 Étrange western de Fonda, narrativement assez relâché mais doté de beaux personnages (Fonda et Warren Oates) et surtout d’une photo superbe de Vilmos Zsigmond – qui amène de belles idées de mise en scène notamment lors d’une discussion autour du feu dans le premier tiers. ItalianAmerican, de Martin Scorsese, 1974 Scorsese filme ses parents en 1974, à l’aise dans leurs salons, racontant leurs parcours et leurs vies. La mama est... [Lire la suite]

10 juillet 2016

La Rochelle 18

Grâce à Thomas, j'ai retrouvé dans le Journal de Jean-Patrick Manchette cette remarque assassine (mais assez juste) à propos d'un vieux film de Rohmer, qui me semble s'appliquer assez exactement à tout ce pan du cinéma bourgeois auquel appartient le dernier Dreyer - que j'ai revu ce matin. "Lundi soir, nous avons vu à la télévision Ma nuit chez Maud d'Eric Rohmer. Ce serait une charge féroce de la sottise bourgeoise s'il n'apparaissait pas clairement que, de l'avis de l'auteur, les personnages sont non pas des sots, mais tout au... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 00:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
21 janvier 2016

Nos films préférés en 2015 : Thomas Gombowhicks

Sans hiérarchie, ni ordre particulier Une année 2015 en dents de scie pour les sorties cinéma, entre des grosses bouses et quelques rares grands films, mais surtout beaucoup de films moyens ou quelconques, bref de la merde. Mais ne soyons pas défaitiste, nous avons vu de bonnes choses : ~ Mad Max : Fury Road, George Miller (Australie-États-Unis, 2015) LE CHOC cinéma de l’année, sans surprise. Film exemplaire dans sa fabrication, son mode de production, son « artisanat », sa folie, sa générosité. J’avais... [Lire la suite]
26 août 2015

Poulpe et amygdales. Littérature et marketing

A chaque rentrée ses petits et gros mensonges. Les attachés de presse nous bourrent le mou toute l'année, les journalistes ne prennent plus le temps de lire, et tout va bien. C'est ainsi que certains médias français, avec un culot touchant, nous vendent ce mois-ci le bouquin de notre ex-excellent confrère Gérard Lefort, Les Amygdales (aux Éditions de L'Olivier), comme un "premier roman". Gérard serait-il candidat au prix du même nom, cru 2016 ? Cela expliquerait sans doute la petite imposture. Car nous avons lu, il y a... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
25 juin 2015

La position du tireur couché

Je suis sûr que vous n'auriez pas l'idée de vous taper la pitoyable bessonnerie qu'un certain Pierre Morel (avec l'aide de Penn et Bardem, ses tristes stars) tente de nous fourguer cette semaine. [Argument de vente du distributeur tête-à-claques: le film serait tiré "d'un best-seller mondial", ce qui manque pas de rudement nous intriguer.] N'en faites rien, en effet. Pour le prix d'un billet chez Gaumont-UGC-Pathé-Karmitz et d'un demi-seau de maïs, vous pouvez encore vous procurer l'adaptation de La position du tireur couché que... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
06 novembre 2013

Schmoll, 35e : soul soul soul

Encore cinq fois dormir, comme on dit dans l'Nord. En attendant, un peu de réclame,et le casting : « Le plus grand chanteur français du monde », disait Jean-Patrick, qui avait l'oreille.
Posté par charles tatum à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 mai 2012

C-huit H-dix N-quatre O-deux (10)

C8H10N4O2 n°10 Kahawa, de Donald Westlake, 1981   Prologue Chacune des fourmis sortait du crâne en emportant une infime parcelle de cerveau. La double colonne d'insectes qui faisait la navette entre le cadavre et la fourmilière traversait en diagonale la piste humaine au bord de laquelle on avait jeté la femme assassinée. Tandis qu'une ombre traversait le soleil matinal, une douzaine de fourmis furent écrasées sous les pieds nus et calleux de six hommes qui cheminaient, venus de la route de Nawambwa et descendant vers le lac,... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 mars 2012

Moebius, Wul et l'infini

« Courant toujours, l'enfant quitta la prairie mauve où la lumière du jour était peu à peu remplacée par celle de l'incendie. Il pénétra sous le couvert des grands arbres qui escaladaient les collines. Dans la pénombre forestière, des fruits lumineux pendaient ici et là comme des lampions bariolés. Le terrain s'élevait en pente douce. Un sable d'argent pur étincelait par endroits sous la mousse. L'enfant ralentit son allure. Il s'enfonça au hasard dans un décor de silencieuse kermesse, les yeux levés vers les vivantes lanternes... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 15:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
04 octobre 2011

Lectures pour tous : Bloch

Le soleil mourait à l’ouest et son sang tachait le sol. J’aurais pu être poète, pensa-t-il. Écrivain. Mais c’eût été gâcher, grandement gâcher son talent. La vie d’un écrivain est courte, limitée à celle du papier sur lequel ses paroles sont inscrites, et à la capacité de mémoire de ses lecteurs. Le papier est friable et tombe bientôt en poussière, et les vers mangent la mémoire des hommes. Et qui mange les vers ? Le temps. C’est le temps, l’ennemi. Le temps mange les vers, le temps mange le papier, le temps mange le soleil.... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 16:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 octobre 2009

Quadruppani, Bastid, petits désaccords

[relais d'un texte de Serge Quadruppani paru mercredi sur Article 11] « En un bouquin tout juste publié, La Colère des tendres, Jean-Pierre Bastid revient, de façon à peine déguisée, sur le très minoritaire phénomène que fut la lutte armée à la française, sauce Action directe. L’auteur a beau être un ami, je ne partage guère sa vision des choses. À glorifier les méthodes d’AD en renvoyant ses critiques à une démission frileuse, on passe à côté d’une critique de la Terreur, qui est toujours l’arme de nos ennemis. » Petits... [Lire la suite]
Posté par charles tatum à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,